DIAGNOSTIC  :

Examen clinique

L’examen comporte de nombreuses variantes mais les points les plus importants seront  l’évaluation :

1/ De la souplesse de l’épaule qui conditionne le reste de l’examen. Si l’articulation de l’épaule est raide il est impossible de tester la coiffe des rotateurs.

Cette raideur peut être d’origine articulaire, c’est l’arthrose, d’origine tissulaire c’est la capsulite rétractile ou d’origine fonctionnelle avec une contracture reflexe de la musculature extrinsèque à cause d’une douleur trop intense.

2/ De la coiffe des rotateurs avec pour chaque tendon un test bien précis.

Le Jobbe pour le sus-épineux, la force en RE1 pour le sous-épineux, le Belly Press test et le Lift of pour le sous-scapulaire, le Palm up et l’aile d’avion pour le long biceps et le Bear Hug test pour l’intervalle des rotateurs.

3/ Du conflit sous acromial pour chercher si les tendons de la coiffe des rotateurs sont gonflés.

On réalisera différentes manœuvres appelées Neer, de Yoccum, de Hawkins. On palpera également  les différents éléments susceptibles de s’enflammer comme le biceps dans se gouttière ou l’articulation acromio-claviculaire.

4/ De la qualité du mouvement  afin de dépister des compensations inappropriées parasitant l’harmonie articulaire normale de l’épaule.

On notera comment le patient met la main sur la tête : avec une confiance et rapidité, normalement mais avec prudence, péniblement en raison d’accrochages douloureux ou de manière totalement désorganisée et anarchique.

Seront également évaluées les douleurs d’origines cervicales, dorsales ou dans les pectoraux.

Bilan radiographique :

Des radiographies de face et de profil sont toujours nécessaires afin de rechercher : une calcification, un bec acromial ou des signes d’arthrose.

Tendinopathie calcifiante

Différents types d’acromion (Classification de Bigliani)

La radiographie ne fournira en revanche aucune information sur l’état des tendons et en cas de doute clinique il faudra poursuivre le bilan par une échographie, ou une imagerie en coupes qui pourra être une IRM ou un arthroscanner.

Ces examens permettront d’évaluer :

1/ La perforation du tendon
2/ La taille de la lésion et
3/ Sa réparabilité en fonction de la dégénérescence graisseuse des muscles.

Plus la rupture est large et ancienne, plus il y a de graisse dans le muscle, et moins la rupture est réparable.

Arthroscanner : le blanc en face de la flèche correspond à la rupture

Bilan arthroscopique :

L’arthroscopie est clairement la révolution de l’épaule de ces 20 dernières années. Il s’agit d’une technique chirurgicale consistant à mettre une caméra dans l’épaule par de toutes petites cicatrices. Le caractère vidéo-assisté de cette procédure permet d’analyser avec une précision extrême les lésions de la coiffe des rotateurs et bien évidemment de les réparer.

Coiffe saine

Sous Scapulaire

Biceps

Sus Epineux

Coiffe pathologique

Sous Scapulaire

Biceps

Rupture tendineuse