L E   T R A I T E M E N T   C H I R U R G I C A L  :

Les ligamentoplasties du LCA ont lieu sous arthroscopie (chirurgie réalisée à l’aide d’une caméra sans réaliser de grandes ouvertures sur la peau).

Il est malheureusement impossible de réparer le ligament et il faut remplacer le ligament rompu par une greffe tendineuse. Les 2 types de greffes les plus fréquemment utilisés sont le tendon rotulien (tendon reliant en avant la rotule et le tibia) et les ischio-jambiers (tendons en arrière de la cuisse). Dans les deux cas, le site du prélèvement cicatrise spontanément ne laissant que peu de séquelles en dehors de la cicatrice du prélèvement. 

Après des années de débats et de polémiques, les chirurgiens orthopédistes sont arrivés à la conclusion que la fiabilité des deux greffes était équivalente.

Vue arthroscopique normale d’un ligament croisé antérieur

la bande que montre la flèche correspond au LCA

Le principe de l’opération consiste à réaliser 2 tunnels dans l’os, 1 dans le fémur et 1 dans le tibia. Le greffon, prélevé dans le même temps opératoire, sera successivement passé dans les 2 tunnels avec une partie intermédiaire dans l’articulation remplaçant exactement le ligament croisé.

Il existe une technique appelée SAMBBA technique qui consiste à faire passer le greffon à l’intérieur de l’ancien LCA. Cette astuce ne sert pas à rendre plus solide le nouveau ligament mais permet, en conservant les vaisseaux et les nerfs, une récupération plus rapide.

Vue arthroscopique d’un genou sans ligament croisé antérieur les pointillés se situent à l’emplacement du LCA disparu, la bande en arrière correspond au ligament croisé postérieur

SAMBBA technique
étoile rouge : greffe
étoile blanche : ancien ligament

Le greffon va progressivement « repousser » dans l’os selon un processus appelé« ligamentisation ».

Ce processus de cicatrisation, d’une durée de 4 à 6 mois, va permettre au greffon de remplacer le LCA à l’identique jusqu’à obtenir exactement les mêmes propriétés.

Emplacement théorique du LCA sur le fémur   

A le rond jaune correspond à la cible que doit viser le chirurgien pour positionner le greffon                             

Le greffon va progressivement « repousser » dans l’os selon un processus appelé« ligamentisation ».

Ce processus de cicatrisation, d’une durée de 4 à 6 mois, va permettre au greffon de remplacer le LCA à l’identique jusqu’à obtenir exactement les mêmes propriétés.

Emplacement théorique du LCA sur le fémur   

A le rond jaune correspond à la cible que doit viser le chirurgien pour positionner le greffon                             

Emplacement théorique du LCA sur le tibia A le rond jaune correspond à la cible que doit viser le chirurgien pour
positionner le greffon B la flèche jaune correspond au tunnel réalisé par le chirurgien au niveau de la cible

Classiquement, il faut prévoir une  hospitalisation  brève de 48 à 72 heures afin de prendre en charge la douleur, mais la prise en charge peut être réalisée en ambulatoire grâce à la pose d’un cathéter périnerveux anesthésiant maintenu à domicile.

Cette chirurgie comporte comme toute intervention certaines complications, la principale étant la rupture itérative  en cas de nouveau traumatisme qui varie en fonction des séries entre 3 et 5%. Les infections sont extrêmement faibles, tout comme l’algodystrophie.

Une rééducation de plusieurs mois est nécessaire après ce type de chirurgie. Lorsqu’il existe un objectif sur le plan sportif, il est impératif d’y associer une prise en charge de réathlétisation dont le but sera de préparer l’ensemble du corps au « retour-terrain ». Le but est de retrouver un genou stable, indolore et mobile dans un environnement musculaire optimal. La reprise du sport sera discutée avec chaque patient selon sa situation entre 4 et 9 mois post-opératoire.